David Thauberger Road Trips and other diversions

Begin

View Curator's Message

David Thauberger est un artiste de Regina reconnu à l’échelle nationale en particulier pour ses peintures emblématiques d’architecture vernaculaire. Organisée conjointement par Sandra Fraser, conservatrice associée à la Mendel Art Gallery, et Timothy Long, conservateur en chef à la MacKenzie Art Gallery, l’exposition donne pour la première fois une vue complète de l’œuvre de cet artiste canadien remarquable. Parcours et autres déviations regroupe plus de 70 peintures, gravures et œuvres en céramique réalisées de 1971 à 2009, et tirées de plus de 30 collections privées et publiques partout au Canada.

Une rétrospective fascinante d’un artiste parmi les plus aimés de la Saskatchewan, mettant en lumière peintures, gravures et céramiques.

Prayer Home

2004
acrylic, window screen on canvas

Lorsqu’il grandissait à l’ombre de la flèche élancée de l’église catholique romaine de Holdfast en Saskatchewan, Thauberger a compris très tôt l’importance des lieux de culte dans les petites villes. Il est souvent revenu dans ces lieux importants des villages pour en tirer de l’inspiration. La maison de prières Doukhobor Veregin, lieu de culte de la communauté et résidence de ses chefs spirituels, est un exemple extraordinaire de la foi qui s’exprime dans des créations architecturales en Saskatchewan.

Private Collection

River City

2003
45.7 x 61.0 cm
acrylic on panel

Collection of MacPherson Leslie Tyerman LLP

Long Haul

2000
acrylic on canvas

C’est étrange mais, avant 2000, Thauberger n’avait réalisé qu’une poignée d’œuvres illustrant l’omniprésent élévateur à grain des Prairies. Depuis, il s’y est mis sérieusement, poussé par la disparition rapide de ces bâtiments emblématiques. Long Haul saisit avec grande précision le volume imposant et les dépendances mécaniques complexes d’un élévateur du Saskatchewan Wheat Pool, coopératives du blé de la Saskatchewan, un bâtiment appartenant à une compagnie céréalière qui n’existe plus.

Island Christmas

1994
acrylic on canvas

En 1993, Thauberger a été artiste résident au Musée d’art du Centre de la Confédération à Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard). Il a pris le temps d’explorer l’Île, où chaque panorama semblait déjà composé comme une peinture. Néanmoins, il y a rajouté des édifices de différentes communautés pour créer l’image qu’il cherchait. Des peintures comme celles-ci, avec leur style d’architecture gothique charpentier de l’époque victorienne et une bande de bleu pour évoquer le bord de l’eau, ont un charme distingué. Thauberger puise encore son inspiration dans les photographies qu’il a prises à l’Î.-P.-É., même s’il ne l’a visitée qu’une fois.

Private Collection

Chappell Picture

1993
109.2 x 142.2 cm
acrylic, window screen on canvas

Au printemps de 1993, Thauberger a été artiste résident au Musée d’art du Centre de la Confédération à Charlottetown (Î.-P.-É.). L’édifice représenté ici, conçu par l’architecte Charles Chappell, se trouve à un pâté de maisons du Musée. Intrigué par les détails d’architecture de style gothique charpentier de l’époque victorienne, Thauberger s’est servi d’une palette de couleurs vives pour accentuer la symétrie du bâtiment. Il a été charmé par les paysages pittoresques de l’Île et ses villages historiques. Il crée encore des peintures à partir des images prises à cette époque.

Collection of Confederation Centre Art Gallery, Gift of the artist, Regina, Saskatchewan, 1993

Mack’s Garage

1991
109.2 x 142.2 cm
acrylic on canvas

Thauberger peint le monde domestique et le sublime d’un même coup de pinceau. Ainsi, le monde domestique devient monumental et le sublime peut sembler banal, et tout cela parfois dans une même œuvre. On le constate particulièrement dans une image comme Mack’s Garage, qui rend bien la dissonance ou la discordance entre le nom « Mack », bien particulier à une petite ville, et l’abstraction d’une multinationale, soit la Shell Oil Company.

National Gallery of Canada, Ottawa Musée des beaux-arts du Canada, Ottawa

Painter’s Dilemma

1990
acrylic on canvas

Sous l’apparente simplicité et le côté direct des œuvres de Thauberger se cachent sa profonde compréhension de l’histoire de l’art et son appétit pour diverses formes de culture populaire. Dans Painter’s Dilemma, Thauberger traduit le tiraillement qu’il ressent entre la figuration et les influences variées de l’esthétique funk de la Californie et les démarches formelles du pop art et de l’art abstrait de New York. Des motifs architecturaux et une imagerie de carte postale sont insérés dans le corps des lettres et autour d’elles.

Collection of the Winnipeg Art Gallery, Acquired with funds from The Winnipeg Art Gallery Foundation Inc. G-90-462 ab

Manhattan II

1989
screenprint, flocking on paper

Manhattan, où se trouvent plusieurs musées d’art, est l’une des destinations préférées de Thauberger. Pour créer cette sérigraphie, l’artiste a choisi des papiers antiques marbrés faits main de New York qu’il a nettoyés, réparés et taillés. Une image du célèbre Empire State Building émerge de la surface floquée. Pour réaliser ces sérigraphies d’une beauté surprenante, Thauberger revoit l’esthétique kitsch des peintures sur velours noir, qu’il a d’abord explorée en 1977.

From the University of Lethbridge art collection; gift of the Ruskin family, Calgary Alberta, in memory of George Ruskin, 1994

Steel Pavilion

1986
acrylic, glitter on canvas

Ce bâtiment futuriste est inspiré d’une carte postale de l’United States Steel Building distribuée à l’occasion de l’exposition universelle de New York en 1939. À l’instar des autres pavillons, cet impressionnant hémisphère en acier inoxydable représentait la promesse d’un monde axé sur l’innovation, la technologie et l’industrie. Ce prototype d’architecture impraticable et surdimensionnée contraste avec les images de Thauberger représentant la vie en banlieue et en ville. Ainsi juxtaposées, les peintures font ressortir comment de nombreuses valeurs culturelles, l’histoire et les aspirations s’incarnent dans les édifices que nous bâtissons.

Parachute Jump

1986
177.8 x 116.8 cm
acrylic, glitter on canvas

Dans ses œuvres, Thauberger incorpore plusieurs influences qui proviennent des univers de la culture populaire et des beaux-arts. Cette peinture fait partie d’une série de cartes postales rétro peintes à la main de l’exposition universelle de 1939-40. Organisée à New York, l’exposition universelle était un stratagème complexe pour relancer l’économie durant la dépression. Cette structure, déménagée à Coney Island en 1941, en est encore aujourd’hui un symbole célèbre.

Collection of the Canada Council Art Bank / Collection de la Banque d'œuvres d'art du Conseil des arts du Canada

Lake Reflecting Mountains

1982
acrylic, glitter on canvas

Thauberger est fasciné par les paysages « reconnus pour leur célébrité », comme les chutes Niagara et les montagnes Rocheuses. Les idées que nous nous faisons de la nature sauvage sont influencées par les calendriers, les brochures touristiques et les cartes postales. Il a peint la partie supérieure de la toile à l’aérographe et avec une brosse à dents; il a versé et fait dégouliner de la peinture sur la partie inférieure. Enfin, il a ajouté le canoë rouge vide, une image récurrente dans ses peintures de montagne.

Private Collection

Eclipse

1982
acrylic, sand on canvas

Le majestueux Mount Hood reflété dans les eaux du Lost Lake en Oregon est le sujet de cette image parfaite de carte postale. Ne pouvant se contenter d’une seule merveille naturelle, Thauberger en a ajouté une seconde : une éclipse totale du Soleil qui se produit au sommet de la montagne telle une cerise sur un gâteau. Les artifices ou les trucs servant à créer l’image sont bien visibles. Pourtant, le découpage des silhouettes d’arbres, les nuages créés à l’aérographe, les réflexions au pochoir dans l’eau n’empêchent aucunement les spectateurs de s’extasier et de s’émerveiller.

MacKenzie Art Gallery, University of Regina Collection 1985-46

White Hall, 1981

1981
228.8 x 168.5 cm
acrylic, glitter on canvas

Avec un appareil photographique, Thauberger s’est mis à voyager partout en Saskatchewan et ailleurs à la fin des années 1970. Les photographies qu’il a prises lui servent encore de matière brute pour plusieurs de ses peintures. White Hall représente une ancienne Loge maçonnique dans la ville de Craik en Saskatchewan. L’impressionnant bâtiment à fausse façade a de fortes qualités formelles et une façade blanche monumentale. Cet édifice blanc revient dans un certain nombre des œuvres de l’exposition, représenté sur différents supports et en différentes tailles.

Dance Hall

1980
acrylic, glitter on canvas

Thauberger avait l’habitude d’aller danser dans cette salle communautaire, située à Penzance, juste au nord de sa ville natale de Holdfast (Saskatchewan). Pour se doter de matière brute, il venait de commencer à photographier de petites villes. Thauberger est bien connu pour ses représentations de l’architecture vernaculaire des Prairies. Dance Hall est l’une des premières peintures où il a placé un bâtiment unique à l’avant-plan, au centre de la composition, mettant ainsi l’accent sur la planéité du bâtiment et celle de la surface de la toile.

Dream Home – Ethnic Version

1980
115.0 x 172.7 cm
acrylic, glitter on canvas

MacKenzie Art Gallery, University of Regina Collection, gift of Mr. Douglas Rawlinson 1981-17

Rainbow Danceland

1979
50" X 70"
acrylic on canvas

C’est l’une des plus reconnaissables des peintures de Thauberger. Situé au bord d’un lac d’eau salée à Manitou Beach, Sask., Danceland est un centre de divertissement qui existe depuis 1928. C’est dans les Watrous Art Salons, situés dans cette ville, que Thauberger a fait la connaissance d’artistes locaux. Il a collectionné des œuvres de plusieurs de ces artistes. Au lieu d’utiliser un pinceau, il a appliqué la peinture à petits coups de brosse à dents (sauf sur les portes avant) et orné la surface et le cadre de clinquant.

Collection of Glenbow Museum, Calgary, Canada 80.9.2

Crystal Palace

1979
acrylic, glitter on canvas

Ce tableau des Kew Gardens en Angleterre fait partie d’une série de grandes toiles réalisées par Thauberger après son premier voyage en Europe. Sur le plan esthétique, l’artiste se fait complice des peintres impressionnistes, en se rapprochant particulièrement des peintures de lotus de Claude Monet. Il s’essaie aussi à la peinture par champs de couleurs, un style populaire dans les années 1960 et 1970. De ce voyage, Thauberger a conservé entre autres une appréciation croissante de la manière dont les peintres impressionnistes réagissaient à leur environnement immédiat, en reproduisant ce qu’ils voyaient de leurs fenêtres.

Private Collection

Farm Painting

1978
121.3 x 168.0 cm
acrylic, glitter on canvas

Des œuvres comme Green and White Painting et Farm Painting marquent une transition dans la carrière de Thauberger. Influencé par ses recherches sur l’art populaire et ses artistes, Thauberger se penche sur la question de ses racines et son vécu dans les Prairies. Les poulets fantomatiques peints à l’aide d’un pochoir animent les espaces du ciel et de l’herbe. On peut constater la réticence de Thauberger à abandonner ses peintures à motifs. C’est dans ces deux peintures qu’il utilise pour la première fois le clinquant, un matériau qu’il a choisi pour sa capacité à réfléchir la lumière.

Collection of the Mendel Art Gallery. Gift of Dr. Bela Szabados, 1982

Grandfather’s Painting

1978
140.3 x 156.8 cm
acrylic, glitter on canvas

Créée il y a près de 40 ans, l’image de cette peinture est encore aujourd’hui puissante et évocatrice. L’artiste y peint la ferme de son grand-père à Holdfast où il a passé les étés de son enfance. L’échelle anormale du cheval nous rappelle que Thauberger ne se contente pas d’illustrer ce qu’il voit. Il attire aussi l’attention sur l’acte qui mène à la composition d’une image. L’imagerie et l’application de peinture ne sont pas sans rappeler les arts graphiques publicitaires, en particulier les affiches pour les foires agricoles.

Collection of Ann Mandel

Black Velvet Bunnies

1977
screenprint on black velvet, edition 24/35

Après qu’une tentative d’imprimer sur du velours blanc l’ait laissé frustré, Thauberger a réalisé avec plus de succès une autre sérigraphie sur velours noir. L’idée de réaliser des sérigraphies sur velours vient de sa fascination pour les peintures sur velours noir, une forme d’art kitsch extrêmement populaire dans les années 1970. Au lieu de créer des portraits d’Elvis et de clowns tristes, Thauberger réalise un lapin domestique, un sujet choisi pour ses marques noires et blanches très prononcées.

Collection of the MacKenzie Art Gallery 1992-9.

Bijou

1975
earthenware, glaze, acrylic, mixed media

C’est en 1975 que Thauberger a cessé de créer des œuvres en céramique. Des sculptures d’argile comme Bijou montrent son intérêt croissant pour l’architecture des petites villes, surtout pour les cinémas et les autres bâtiments commerciaux à fausse façade. Thauberger était frustré de devoir créer le derrière des immeubles dans les œuvres sculpturales, ce qui n’était pas le cas avec les peintures.

Archives and Special Collections, University of Regina

A Volkswagen Piece

1974
earthenware, glaze, china paint, acrylic, fabric, collage, fibreboard

Comme dans ses premières sculptures, Thauberger utilise des récipients en céramique (ici, des chopes à bière à grande anse) comme point de départ pour A Volkswagen Piece, un diorama sculptural. La nouveauté, c’est qu’il accorde une certaine importance à la base des récipients qui vole la vedette dans ce cas-ci. Après avoir modelé cette sculpture sur un ancien concessionnaire Volkswagen de Regina, Thauberger a entrepris de recréer l’architecture vernaculaire de sa région, d’abord au moyen de la sculpture en céramique puis par le biais de la peinture.

Chocurua

1974
lithograph on paper

Lorsqu’il étudiait à l’Université de Regina, Thauberger passait chaque jour devant Union II (1966), un grand tableau de Frank Stella accroché dans le hall de l’ancienne Norman Mackenzie Art Gallery. L’artiste étatsunien faisait une utilisation minimaliste du ruban-cache pour créer une abstraction géométrique Hard Edge qui a exercé une influence précoce, peut-être inconsciente, sur le jeune Thauberger. La sérigraphie Chocurua, acquise des années plus tard, se rapporte directement à la série de peintures de polygones irréguliers à laquelle appartient Union II.

Shirt Study II

1974
29.8 x 55.2 cm
watercolour on paper

Thauberger est très à l’aise avec l’aquarelle comme en témoignent les deux autoportraits, Shirt Study et Shirt Study II. On y voit aussi ses brefs essais dans un style photoréaliste ainsi que sa manière d’envisager les utilisations possibles des motifs comme éléments de composition. L’artiste est là, portant une de ses chemises hawaïennes, posant devant sa peinture de saumons, avec un pot à personnage kitsch prisé des collectionneurs et une rangée de petits hamburgers et de plats à poisson.

Archives and Special Collections, University of Regina

12 Rabbits

1974
oil on canvas

Quand Thauberger a acquis de l’assurance dans les domaines de la peinture et de l’aquarelle, il a entrepris de créer des peintures à l’huile et à l’acrylique de taille moyenne. Des animaux qui ont tous des marques à motifs, comme les oiseaux, les poissons et les lapins sont parmi ses sujets à motifs préférés. Il a peint des formes animales à l’aide d’un pochoir, en peignant les détails à la main. Ces peintures à motifs explorent des préoccupations formalistes : la relation figure-fond, les changements d’échelle entre les objets et la nature de la répétition. 12 Rabbits est l’un des rares exemples de cadres de peinture que l’artiste a choisi de couvrir de peluche.

Collection of the Saskatchewan Arts Board Permanent Collection. 1976-003

Gilhooly Saint George

1969
ceramic, glaze, china paint

Dans sa série de sculptures en céramique « Frog World », l’artiste étatsunien David Gilhooly recrée histoire et légende du point de vue des amphibiens. L’imposant artiste de 1,95 m (6 pi 5 po) est arrivé au département des beaux-arts de l’Université de Regina en 1969. Pendant deux ans, il a inspiré ses collègues de la faculté et les étudiants à adopter une démarche artistique irrévérencieuse et ouverte. Pendant presque tout ce temps, Thauberger a partagé l’atelier de Gilhooly. Avec enthousiasme, l’élève Thauberger a alors créé sa propre ménagerie en céramique.

David Gilhooly

Midnite Express

circa 1962
oil and crayon on masonite

W.C. McCargar, cheminot retraité, fait preuve d’un sens aigu du détail dans Midnite Express, un drame nocturne empreint de mystère. Après l’avoir visité à sa résidence de Regina dans les années 1970, Thauberger s’est lié d’amitié avec le praticien solitaire d’art populaire. Il a pu admirer toutes les œuvres de McCargar, entreposées dans la chambre à coucher de l’artiste. Pour ses premières peintures représentant l’architecture des Prairies, Thauberger s’est inspiré des angles vifs que McCargar donnait aux bâtiments et de son utilisation de matériaux et supports inhabituels comme le clinquant.

W.C. McCargar

×
cancel
loading
×